Se soigner naturellement

Dossier

Se soigner naturellement

Présentation

Quelle technique choisir pour se soigner naturellement ?



La nature est plus que jamais au centre de nos préoccupations alimentaires et sanitaires. Face à un environnement pollué, chacun cherche à limiter sa consommation de produits chimiques ou transformés et privilégie des alternatives naturelles, plus respectueuses de l’environnement.
Côté santé, la naturopathie a le vent en poupe. Phytothérapie, aromathérapie, gemmothérapie ou encore homéopathie permettent de soulager et de guérir de nombreux maux du quotidien : rhume, sinusite, mycoses, brûlure, écorchure, hémorroïdes, douleur articulaire et musculaire, abcès, constipation, aphte… la liste est longue !
Voici un petit panorama de ces techniques efficaces et complémentaires à la médecine traditionnelle, bien connues pour certaines de nos grands-mères.


Les huiles essentielles, véritable concentré de santé et de bien-être



Produites par distillation de plantes aromatiques ou expression de zestes d’agrumes, les huiles essentielles sont des composés volatils, contenant entre 14 et 212 molécules chimiques différentes. Chaque molécule présente des propriétés thérapeutiques propres, pouvant soulager les symptômes d’une maladie, lutter contre une infection ou stimuler une fonction métabolique.

Contrairement aux médicaments traditionnels délivrés en pharmacie qui ne contiennent qu’une ou deux molécules chimiques, les huiles essentielles sont donc de véritables concentrés de principes actifs, qui agissent en synergie les uns avec les autres.

Si la distillation permet d’extraire et de concentrer les bienfaits des plantes, elle concentre aussi les pesticides, métaux lourds et autres polluants. Les huiles essentielles à visée thérapeutique doivent donc être de qualité bio. Il faut prêter une attention toute particulière au mode de culture des plantes et privilégier les produits portant le label européen ECOCERT ou le label français AB.
L’origine géographique est aussi un critère important, car comme le vin, une même espèce végétale peut développer des molécules chimiques différentes suivant la composition du sol, l'ensoleillement, l’humidité, bref, le terroir. C’est la notion de chémotype, introduite par les pères de l’aromathérapie scientifique, Pierre FRANCHOMME et Dominique BAUDOUX.

Les huiles essentielles doivent aussi être 100% pures, 100% naturelles et 100% intégrales, ce qui garantit qu’elles n’ont pas subi d’ajout d’autres produits chimiques, pour “améliorer” leur concentration en tel ou tel principe actif.


Les plantes médicinales au secours de votre santé



La phytothérapie correspond à l’utilisation des plantes sous toutes leurs formes. Son utilisation date du début de l’apparition de la vie « intelligente » sur terre (grands singes, homme…).
Certaines espèces animales utilisent les plantes pour se soigner d’elles mêmes.
Quelques exemples :
  • Les fourmis des bois en Suisse utilisent des boules de résine de conifère pour protéger leurs nids contre les bactéries et les champignons pathogènes,
  • Les néotomes à pattes noires (rats des bois californiens) collectent les feuilles d’un laurier et les mastiquent afin de se débarrasser des puces et des tiques,
  • Les chimpanzés consomment les jeunes tiges d’un arbre, le Vernonia amygdalina en cas de diarrhée afin de soigner leurs affections gastro-intestinales...

Ainsi, depuis la nuit des temps, le règne végétal est source de nourriture, de remède ou de poison. Longtemps associée au mysticisme, la phytothérapie est pratiquée par les chamans, les guérisseurs, les druides, les sorcières…Les plantes toxiques étaient régulièrement employées pour leurs propriétés psychotropes afin de provoquer des hallucinations ainsi que des états de transe communicative (civilisations mayas et aztèques par exemple).
On retrouve les premières traces d’utilisation en Mésopotamie 3 000 ans avant JC environ.

De nombreuses molécules chimiques utilisées dans les médicaments sont des copies de celles crées par les plantes. Connaître et utiliser les plantes pour se soigner est donc toujours plus que jamais d’actualité.


Les bourgeons : les cellules souches végétales



Développée par Pol Henry, en 1950, la gemmothérapie est l’utilisation de macérations de bourgeons d’arbres ou d’arbustes dans un liquide contenant de l’alcool, de la glycérine et de l’eau. Les bourgeons ont le pouvoir de se différencier rapidement en plusieurs parties de la plante : feuille, fleur, fruit, graine… Ce sont un peu les cellules souches du monde végétal !
Ainsi, le liquide de macération permet d’extraire tous les principes actifs du bourgeon, solubles soit dans l’alcool, l’eau ou la glycérine. C’est une méthode de soin particulièrement efficace et prometteuse, notamment pour des pathologies chroniques (arthrose, bronchite...), ou pour corriger un “terrain” (eczéma, allergie...)

Toutes ces techniques naturelles nécessitent de se former pour savoir les utiliser en toute sécurité. En prévention ou en traitement curatif, les plantes agissent comme des médicaments, avec une grande partie des effets secondaires en moins. Mais ce n’est pas parce qu’elles sont naturelles que les plantes des forêts et des champs sont sans risque ! Il faut scrupuleusement respecter les précautions d’emploi, les contre indications et les posologies indiquées.

3 articles

search edit thumbs-o-up thumbs-o-down eur bars star-o arrow-left comments-o exclamation-triangle file-text2 graduation-cap homeo phyto aroma gemmo scroll-down