Phytothérapie
Chélidoine

Ingrédient

Chélidoine

Nom latin : Chelidonium majus

Autre(s) nom(s) : Herbe aux verrues, Herbe de l'hirondelle, Eclaire, Félonque, Felougne

Famille botanique : Papavéracées

Partie utilisée : Feuilles, rhizome et latex (frais, avant la floraison)

Descriptif

Un peu d’histoire :

Plante vivace aux fleurs jaunes, la Chélidoine se trouve en Europe, en Asie mais aussi en Afrique du Nord, elle pousse près des habitations ou au bord des routes. La Chélidoine est connue depuis l’Antiquité et décrite par Pline l’ancien et Dioscoride comme un remède dans le traitement de la vue, notamment en cas de cataracte. Au fil des siècles, elle est fut considérée comme une plante « magique », redonnant la vue aux aveugles. Durant le XVIème siècle, selon la théorie des « similitudes », la sève de la Chélidoine étant jaune comme la bile, elle servait ainsi à soigner les troubles biliaires et hépatiques. Elle est considérée aujourd’hui comme un puissant cholérétique.


Indications thérapeutiques :

En usage interne :
  • Bronchite, asthme, coqueluche
  • Troubles gastriques, hypertonie gastrique, parasitose intestinale, hépatite, ictère, insuffisance biliaire, lithiase biliaire, cholécystite
  • Troubles comportementaux ou neurologiques, nervosité, insomnie

En usage externe :
  • Verrues, cors, durillons, psoriasis, eczéma, teigne, ulcère

En cas de persistance des symptômes, il faut consulter un médecin. Les descriptions et recettes proposées ne se substituent pas à un traitement médical en cours.
search edit thumbs-o-up thumbs-o-down eur bars star-o arrow-left comments-o exclamation-triangle file-text2 graduation-cap homeo phyto aroma gemmo scroll-down